PARTAGER

Pour son premier album et son premier projet solo, Soolking se positionne à la quatrième place du Top 200 France et à la seconde place du Top Ventes hebdomadaire avec un total de 18.358 ventes en première semaine. Un démarrage qui place le rappeur d’Africa Jungle parmi les plus prometteurs du moment. En août déjà, son omniprésence dans les classements des plateformes de streaming et de YouTube laissait présager une popularité croissante : « Comme L’Algérino, les sonorités à la limite du raï d’une partie de sa production musicale lui ouvrent les portes du public nord-africain. Cependant, il semble également avoir réussi à se créer une audience française suffisamment importante pour lui garantir une certaine liberté de mouvements. Encore très dépendant de ses nombreuses collaborations et de sa proximité avec Sofiane, Soolking semble prêt à voler de ses propres ailes. Cette évolution ne pourra se concrétiser qu’en développant la chaîne YouTube de l’artiste et en sortant un projet clé d’ici le premier trimestre de 2019… » Le 2 novembre, Fruit du démon finit par voir le jour. Premier point fort, l’album laisse la part belle à Soolking (12 titres sur un total de 14) à l’exception de Cosa Nostra avec Sofiane et Lacrim et de Mirage avec Cheb Khaled. Ce total de 14 titres n’est pas neutre, le rappeur a généré de l’engagement sur un nombre limité de morceaux et l’ensemble des titres de l’album ont été écoutés entre 580.972 fois et 1.237.570 fois sur Spotify. A noter qu’en-dehors des singles GuerillaVroom Vroom et Dalida, les deux titres les plus écoutés sont Rockstar qui ouvre l’album et Cosa Nostra du fait de la présence de Sofiane et Lacrim. L’écart est donc réduit à   431.107 entre 580.972 et 1.012.079 écoutes, c’est-à-dire pour le reste de Fruit du démon. La faiblesse relative de cet écart est le signe de la concentration de la consommation et donc de l’engouement suscité par le projet dans son ensemble et non uniquement par les singles phares qui précédaient sa sortie. La composition des ventes et notamment le chiffre clé de 39% de ventes réelles tendent à indiquer que le rappeur a finalement réussi à se constituer un public engagé dans l’hexagone. Soolking conserve quatre morceaux dans le Top 50 France de Spotify et dans le Top 100 France de Deezer, ainsi que douze dans le Top 100 France d’Apple Music. Cette dernière donnée est à prendre avec des pincettes, les scores de Drake et J.Cole mais aussi d’Aya Nakamura sur la plateforme de streaming de la marque à la pomme ont souligné son effet grossissant en matière de musiques urbaines.

➡ Les certifications d’albums et premières semaines

L’autre évènement de la semaine, c’est le démarrage d’Aya Nakamura à 28.948 ventes, un véritable décollage puisque son précédent album Journal Intime ne s’était écoulé qu’à 7.032 exemplaires en septembre 2017. Au-delà du total, la comparaison des chiffres en streaming est révélatrice de l’engouement suscité par la nouvelle icône de la pop urbaine féminine. En l’espace d’une année à peine, le total d’équivalents streaming en première semaine d’Aya Nakamura est passé de 4.522 (64% du total de Journal Intime) à 22.526 (77% du total de Nakamura). Pour autant, ce gain de popularité s’est également répercuté dans une moindre mesure sur les ventes réelles, avec une augmentation de 1.356 à 5.087 du nombre d’exemplaires physiques écoulés et de 1.154 à 1.434 du nombre de téléchargements. Outre le succès populaire de Djadja et Copines, la popularité d’Aya Nakamura a reposé en grande partie sur ses chiffres en France et à l’étranger, qui associés à son statut de femme noire ont fait d’elle un visage du féminisme intersectionnel. Omniprésente dans les premières places du Top 100 France d’Apple Music à sa sortie, elle classe encore neuf titres dans le Top 50 France de Spotify, une performance d’autant plus remarquable qu’une bonne partie d’entre eux poursuivent leur ascension…

Gringe surprend avec Enfant Lune ! Il faut dire qu’il était difficile de dresser des prévisions en l’absence de référentiel, le projet est le premier de la carrière solo de la moitié des Casseurs Flowters. Là encore et malgré un nombre plus conséquent de collaborations, c’est l’artiste qui est au centre du projet plus qu’autre chose. On retrouve cependant Léa Castel sur Scanner et Je la laisse faire, les incontournables Orelsan et Diamond Deuklo sur Karma pour l’un et Déchiré pour l’autre, Nemir sur Jusqu’où elle m’aime, DJ Pone sur Paradis noir. Pas vraiment de mise en danger, Gringe se livre fidèle à lui-même et on ne pouvait lui demander mieux. La clé de voûte de l’édifice, c’est un featuring réunissant Gringe, Orelsan, Vald et Suikon Blaz AD intitulé Qui dit mieux. Il se place d’ailleurs en première position des morceaux les plus écoutés du projet sur Spotify avec 1.333.013 streams. Tout comme Soolking, le rappeur bénéficie de la relative brièveté de son projet (15 titres), les écoutes sont réparties relativement uniformément et trahissent encore une fois un engouement pour l’artiste et son projet plus que pour un single phare. Résultat, 42% des ventes réelles et un total de 11.921 ventes qui le place à la troisième position du Top Ventes hebdomadaire.

Le rappeur d’Aulnay-sous-Bois réalise la double performance de certifier disque d’or son premier projet à succès, NQNT 2 (qui comprenait l’inoubliable Bonjour, mais également Selfie et Urbanisme, et s’était écoulé lors de sa première semaine en octobre 2015 à 4.245 exemplaires), et de décrocher le premier double disque de platine de sa carrière avec Xeu. Après une première semaine à 42.909 exemplaires, le rappeur était rapidement descendu à 21.280 en deuxième semaine pour finir par passer sous la barre des 10.000 exemplaires hebdomadaires après un mois et demi d’exploitation. Toujours au-dessus du seuil des 1.000 exemplaires hebdomadaires, le projet est consacré une bonne fois pour toutes comme celui du succès commercial auquel Vald avait toujours aspiré, plus par volonté de défi que par réelle obsession des chiffres de ventes. Vald classe cette semaine encore trois projets au Top 200 France, XeuNQNT 33 et Agartha. La répartition des écoutes sur plusieurs projets, qui se constate aussi sur Spotify où Xeu cohabite avec NQNT 33Agartha et la compilation Game Over parmi les projets d’origine des morceaux les plus streamés du rappeur, est un indicateur de la régularité de Vald sur le plan qualitatif et de sa productivité.

Le dernier mais pas le moindre, Koba LaD obtient le premier disque d’or de sa carrière ! Encore classé vingtième du Top 200 France et à la deuxième place du Top Ventes hebdomadaire, ce projet se teinte de la couleur de la confirmation pour le poulain de l’écurie Def Jam. Moins d’un an après l’explosion du Freestyle Ténébreux 1 qui se situe au fondement de sa carrière, le rappeur se situe parmi les têtes d’affiches les plus prometteuses de la nouvelle génération. Il est l’incarnation de la rapidité des trajectoires de certains artistes à l’heure où la consommation, qu’elle soit passive ou active, prend le pas sur l’engagement. En tout et pour tout, il aura fallu une quarantaine de jours à Koba pour dépasser le seuil des 50.000 ventes. Durant cet intervalle, la proportion de streaming n’a que peu évolué, pour passer de 88% à 92% du total hebdomadaire. Après ce premier succès incontestable, le rappeur sera confronté à la volatilité du public et devra consolider sa portée commerciale pour sécuriser sa carrière dans le temps.



➡ Récapitulatif des singles certifiés or, platine et diamant

Extrait de l’album Le revers de la médailleJ’souris se positionne en troisième position des titres les plus écoutés du duo sur Spotify et en septième position sur Deezer. Un succès qui s’explique notamment par le fait qu’il s’agit d’un des extraits clipés du projet, qui cumule pas loin de 17 millions de vues sur YouTube. Une explication qui renforce l’importance du clip dans le cadre d’une exploitation en streaming, en effet de nombreux exemples tendent à démontrer qu’un clip bien réalisé et attractif est susceptible d’avoir un impact important sur les écoutes du morceau sur les plateformes de streaming. La visuel est perçu par beaucoup d’auditeurs comme une dimension supplémentaire de l’oeuvre musicale, qui peut l’enrichir et lui apporter une couleur particulière. C’est cette vision des choses qui a précipité l’évolution des clips urbains, de simple visuels illustratifs et réalisés grossièrement à de véritables courts-métrages. Djajda & Dinaz font partie des artistes qui ont intégré ce nouvel enjeu à leur production musicale, dès la sortie Maman ne dort pas début octobre 2015.

Santana est sûrement l’un des titres les plus marquants qu’Alonzo ait signé ces dernières années. Sorti sur la B.O. de Taxi 5 réalisée par DJ Kore, le titre est co-produit par Aurélien Mazin. Le résultat, un single particulièrement efficace qui a fait les plus belles heures de l’été 2018 et qui a récolté au passage 22.622.572 écoutes sur Spotify uniquement. Santana se classe en tête des sons les plus écoutés d’Alonzo sur Spotify et Deezer ainsi que les 3 derniers mois sur YouTube. Au total, le clip du morceau cumule près de 59 millions de vues sur YouTube, ce qui en fait l’un des cartons urbains incontestables de l’année. Une efficacité qui a consolidé la position d’Alonzo, dont le dernier album 100% a été certifié disque de platine fin 2017 et approche désormais des 150.000 ventes. Après une année 2018 sans projet, le marseillais projette-t-il de faire son retour l’année prochaine ? Quoi qu’il en soit, le terrain aura judicieusement été défriché par une série de hits à succès



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.