Top 20 des meilleurs rappeurs français de 2018

Partager

Encore une fois cette année, il a été difficile d’équilibrer le succès commercial, les accomplissement extra-musicaux, la productivité, la médiatisation, l’évolution des carrières des différents artistes du classement entre autres critères. En 2018, le classement dessine cependant une véritable tendance avec l’apparition d’une nouvelle génération de rappeurs, portée par une génération de jeunes et très jeunes auditeurs. Parmi ces derniers, RK et Koba LaD ont véritablement marqué cette année sur l’ensemble des points précédemment abordés et plus encore. Ils ouvrent la voie pour les années à venir à une scène foisonnante de nouvelles tendances, à l’identité artistique et au rapport au public extrêmement différents de ceux de l’ancienne garde.

🔟 Booba, un impact culturel fort et un concert à l’apogée devant 40.000 spectateurs

Aucun projet de Booba n’est sorti en cette année mais au vu de sa position dans le rap français, et de sa communication, il y a toujours une actualité autour de sa personne. Le point d’orgue de son année reste son concert à la U Arena, dans le 92, devant 30 000 personnes, tout en étant le premier rappeur à se produire dans cette salle, une ligne de plus dans sa légende. Le rappeur s’est également mélangé en 2018, apparaissant notamment sur l’album de Maes, sur le titre Madrina, qui a permis à ce même Maes de franchir un cap de façon définitive.

Après 20 ans de carrière, l’impact de Booba n’a toujours pas bougé d’un iota. Il y a également eu le featuring avec Bramsito, artiste signé au sein de sa nouvelle structure 7 Corps, montrant que les projets relatifs au business n’arrêtent pas de fuser du côté de l’artiste originaire de Boulogne. Artistiquement, Booba a impressionné visuellement grâce au clip sublime de Petite Fille. Cette envie de toujours proposer l’excellence en termes de qualité laisse penser que B20 n’est toujours pas rassasié et bien qu’il ait plus de 40 ans, son envie de raccrocher ne devrait pas arriver dans l’immédiat. Les années passent et Booba les traverse sans aucune difficulté.

Pourquoi Booba veut-il sortir un recueil de ses textes ?

9️⃣ Jul, une année de transition artistique et commerciale maîtrisée de bout en bout

Cette année, Jul aura sorti seulement deux projets Inspi d’Ailleurs et La Zone en Personne. Toutefois, cette donnée est à relativiser sachant que La Zone en Personne contient 40 titres. Le premier projet était sorti en pleine période coupe du monde et il s’était un peu moins bien vendu comparé à ses chiffres habituels mais en termes de qualité, ce projet est unique dans sa discographie. En effet, il s’agit probablement de l’album le mieux maîtrisé de sa carrière, en termes de musicalité et de professionnalisme. Notons qu’Inspi d’ailleurs a tout de même obtenu le disque de platine.

Cette année, Jul a décidé de ne pas sortir d’album gratuit mais afin de compenser un projet taille XXL a vu le jour, avec La Zone En Personne. Sur ce dernier, Jul est revenu à certains fondamentaux, notamment sur les prises de risque artistiques avec des morceaux tels que En Quarantaine. Il y a également eu des featurings de haute volée, de Maître Gims à Landy, en passant par Ninho et Soolking montrant aussi le statut actuel de Jul, qui est l’une des têtes d’affiche majeures de cette industrie rap français. Cette position a d’ailleurs été justifiée par les ventes du projet, avec un disque d’or obtenu au bout d’une semaine d’exploitation, rien que cela. Sur le côté, il y a également le développement de Moubarak, l’artiste signé au sein de sa structure D’Or et de Platine, montrant que le public n’a pas fini d’entendre parler de Jul.

Jul visionnaire, décryptage de ses 3 stratégies de marketing innovantes

8️⃣ Soolking, un cocktail artistique bien construit pour un succès explosif dans l’hexagone

L’an dernier, Soolking se faisait remarquer en générant des millions de vues sur YouTube, idem en 2018, mais cette année son premier album Fruit du Démon a vu le jour. Contenant des morceaux forts tels que Guerilla ou Dalida, Soolking a su proposer un condensé de son univers, avec des featurings divers et variés, allant de Lacrim à Cheb Khaled, en passant par Fianso et représentant parfaitement la diversité de son public. Sooking a généré des millions de vues, mais il peut désormais se targuer d’avoir obtenu un disque d’or avec Fruit du Démon, renforçant sa place dans le paysage du rap hexagonal.

En parallèle, le membre d’Africa Jungle n’a pas hésité à accepter les invitations extérieures à son projet, afin de proposer des potentiels tubes de façon systématique. Preuve en est avec Favela, en collaboration avec Naps, il en va de même pour Savage, morceau sur l’album de Kalash Criminel. Soolking a également participé à l’album d’YL et logiquement aux divers projets de Fianso, sans oublier son featuring avec L’Algerino qui cumule d’ores et déjà 80 millions de vues. Ce nombre impressionnant de vues sur chaque morceau diffusé sur YouTube s’explique grâce à son public très important du côté du Maghreb, consommant de la musique essentiellement sur cette plateforme. Désormais, il sera intéressant de voir la façon dont laquelle Sooking exploitera Fruits du Démon qui contient de nombreux morceaux à exploiter.

7️⃣ Moha La Squale, le parcours détonnant d’un artiste de la Banane à Lacoste

En 2017, Moha La Squale s’était fait connaître du grand public avec ses freestyles spontanés, et mettant en avant son style atypique. Durant 2018, l’artiste Parisien devait franchir un cap, et cela s’est concrétisé par la sortie de son premier album Bendero, qui contenait 24 pistes. Un long format sur lequel Moha s’est illustré, en ayant mis en exergue son style brut et efficace, narrant sa vie de façon naturelle. A ce jour Bendero est disque de platine, montrant que le rappeur Parisien a parfaitement su transformer l’essai. En parallèle, Moha La Squale a également écumé de nombreuses salles de concerts, sur l’ensemble du territoire, tout en devenant l’une des coqueluches des festivals en étant l’un des artistes à absolument programmer.

La Squale a également réussi à nouer un partenariat avec Lacoste, ce qui constitue une performance impressionnante car aucun rappeur français n’avait réussi à établir un partenariat avec la marque au crocodile. Moha La Squale réussit à toucher toute sorte de public et il s’agit de l’un des éléments expliquant son succès. L’artiste Parisien ne s’est jamais caché de son attrait pour le monde du cinéma et dans les mois à venir, cela sera probablement l’un de ses objectifs et au vu du développement millimétré de son personnage, il y a de fortes chances pour qu’il soit atteint.

6️⃣ RK, la lame de fond de l’année, portée par une nouvelle génération d’auditeurs

Au sein de ce classement, il y a une récurrence au sein des artistes ayant émergé cette année, une stratégie précise, efficace et qu’il faut suivre à la lettre. C’est notamment le cas pour RK, qui a franchi un cap en cette année, réussissant à matérialiser le buzz et les millions de vues de façon concrète. En effet, le jeune rappeur de Meaux a créé une chaîne YouTube neuve, montrant qu’il s’agissait d’un nouveau départ dans sa carrière, et cela a été l’élément clé de son développement. Des visuels travaillés avec précision, ayant permis de préparer le terrain avant la sortie de son premier projet. Durant la promotion de la mixtape, RK a surtout décidé de faire le tour de France afin de se faire connaître sur le terrain, partout et pas uniquement dans la région Parisienne. Les visites de ces différentes villes se sont d’ailleurs retranscrites visuellement à travers les RK Story, une mini-série sur YouTube, qui s’inscrit parfaitement dans le mode de consommation actuel de sa cible principale.

RK avait également participé à la tournée nationale de Game Over, lui permettant de vraiment s’implanter partout en France. Le 21 septembre, le premier projet de RK a donc vu le jour, et ce fut un véritable succès commercial car le projet s’est vendu à plus de 20 000 exemplaires dès la première semaine, et est d’ores et déjà disque d’or. Quant au contenu du projet, RK a montré que la polyvalence était sa principale force et il s’agit d’une qualité qui lui permettra de traverses les époques. Si 2018 a été une année faste pour RK, 2019 devrait lui permettre de franchir un autre cap puisque deux salles Parisiennes sont déjà programmées, à savoir La Cigale et l’Olympia. L’artiste originaire de Meaux franchit les étapes une par une, en indépendant, et cette fameuse stratégie s’avère payante.

5️⃣ Maes, une ascension en flèche pour un rappeur solide sur ses appuis

Il y a un an, Maes était encore derrière les barreaux, et cette année a été un véritable tournant dans sa carrière puisqu’il a désormais le disque d’or en ligne de mire avec son premier album. En 2018, l’artiste de Sevran a opéré en deux temps, en sortant Réelle Vie 2.0 en début d’année, un condensé de son potentiel artistique, enchaînant les morceaux rappés de façon brute avec des hits potentiels, et un dénominateur commun sur tous les titres, une présence et une prestance. Grâce à Réelle Vie 2.0, Maes a su convaincre le public spécialisé dans un premier temps, cela a pu se constater à travers un succès d’estime non négligeable. Bien entendu, de nombreuses maisons de disque ont commencé à s’intéresser au rappeur de Sevran, et son choix a été de rejoindre Capitol.

Au vu de la suite des évènements, il s’agissait d’une décision payante. Durant l’été, Maes a sorti le morceau et le clip de Billets Verts, qui étaient de circonstance avec la saison, et cela a été une véritable réussite puisque le single d’or a été obtenu, avec un premier extrait. Par la suite, Maes a enchaîné avec Avenue Montaigne et Madrina, le featuring tant attendu avec Booba, et cela lui a permis de décoller de façon définitive. Avec la sortie de son album Pure, Maes a écoulé près de 17 000 exemplaires, tout en réussissant à parfaitement se maintenir sur les semaines suivantes, et s’approchant doucement mais sûrement du disque d’or.

MAES parle de Booba, ses débuts à Sevran et son prochain projet

4️⃣ Sofiane, l’année 2018 hyperactive du fer de lance de la scène rap de Seine Saint-Denis

En cette année 2018, Fianso a une fois de plus marqué le rap français, avec sa surproductivité légendaire. Le rappeur originaire du Blanc-Mesnil a sorti deux projets, un album solo, Affranchis, et le fameux 93 Empire. Sur ce dernier, Sofiane a endossé la casquette de réalisateur, bravant les obstacles et toutes les complications liés à la production d’un projet multi-artistes d’une telle ampleur. En parallèle, Affranchis et 93 Empire ont été couronnés de succès car Sofiane a obtenu un platine avec le premier, et pour le second, ce n’est qu’une question de temps avant cette certification. Il faut également préciser que Sofiane a décidé de se muer en véritable entrepreneur, en montant son propre label, avec l’aide d’Universal Music, et plus précisément de Capitol. Au sein d’Affranchis Music, So a décidé de signer Sifax et Soolking, dont le second a sorti son projet d’ores et déjà disque d’or, avec de nombreux singles cumulant des centaines de millions de vues sur YouTube. Précisons que les deux artistes du label se complètent parfaitement, tant les univers artistiques sont différents.

Avec le cinéma, Sofiane ajoute une nouvelle corde à son arc

L’artiste du 93 a également décidé d’effectuer ses premier pas dans le monde du septième art, en apparaissant dans le film Frères Ennemis, montrant que Fianso devient désormais une personnalité publique et plus seulement un artiste très médiatisé, son apparition dans la publicité de Winamax en est la preuve. Précisons qu’en 2019, un autre projet en lien avec le cinéma verra le jour, à savoir la sortie d’une série. Quant à Rentre Dans Le Cercle, l’émission suit son cours avec une saison 2, dont tous les épisodes atteignent le million de vues symbolique. Précisons qu’il y a également eu une date au Zénith de Paris, concluant une année extrêmement riche en actualités.

« Affranchis Gaming », ou pourquoi musique et eSport font bon ménage

3️⃣ SCH, un retour marqué du sceau du renouvellement et de l’aboutissement

Durant le mois de février, SCH a annoncé sa signature en grandes pompes, au sein de l’écurie Rec. 118 (Warner), en montant son propre label Maison Baron Rouge. Ainsi, l’artiste originaire d’Aubagne mettait fin à une période peu fournie en termes d’actualité, et la sortie de son quatrième album était dans les tuyaux. Cependant, en étant discret, SCH a réussi à faire grimper l’engouement autour de sa personne puisque beaucoup d’interrogations ont émané sur le net, afin de savoir quand sortirait le fameux nouvel album. Par la suite, SCH a décidé de teaser petit à petit son retour, à coups de visuels sur les réseaux sociaux et Mort de Rire a vu le jour, durant le mois de Juin. Il s’agissait d’un single zéro permettant de satisfaire sa fanbase, tout en montrant son retour aux affaires, et qu’il n’avait rien perdu de sa superbe visuellement. L’été passe, et SCH décide de sortir Otto à la fin de la période estivale, devenant l’un des singles qui va porter le projet. Ce single était intéressant car le rappeur d’Aubagne a souhaité conserver des codes artistiques lui étant propres et n’optant pas pour un format de hit préfabriqué.

Ensuite, c’est un enchaînement logique de clips, couplé à la sortie de son court-métrage, teasé à coup de vidéos virales courtes, mystérieuses et intrigantes sur les réseaux sociaux. Ce mini film retraçait parfaitement l’univers du nouvel album, et prouvait visuellement que l’album allait être construit de façon logique afin que tous les sons se suivent, et qu’il y ait une continuité entre la première et la dernière piste. En décidant d’exploiter pleinement son univers sur JVLIVS, SCH proposait une sorte de retour aux fondamentaux, accompagné du réalisateur Guilty, et cela a payé puisque le disque d’or a été obtenu en à peine un mois. A côté de cela, Le S a répondu aux invitations sur les projets respectifs de PLK et Kofs, afin de proposer des morceaux parfaitement réussis, notamment sur l’alchimie artistique. Deux featurings triés sur le volet et ayant permis à SCH d’aller sur des ambiances artistiques, qui ne sont pas forcément présentes sur son album, et concluant une année riche et réussie après le succès mitigé de Deo Favente.

SCH, quand les sentiments transparaissent derrière le voile du cinéma

2️⃣ Koba LaD, la construction d’une tête d’affiche du rap français

Encore inconnu il y a un an, Koba LaD a connu une ascension fulgurante en cette année 2018, devenant une véritable étoile montante. La recette ? Un flow unique, couplé à sa voix atypique, lui permettant de se différencier de la masse du rap français. Cependant le rappeur originaire d’Evry a également su séduire grâce à la puissance de ses morceaux, notamment avec Ténébreux #1 qui est devenu un véritable hymne. Toutefois, Koba ne s’est pas uniquement cantonné à de la trap classique, n’hésitant pas à s’ouvrir musicalement, le prouvant sur La C, qui a été un morceau essentiel dans son développement. En effet, le membre du 7Binks a prouvé qu’il était capable de s’adapter à d’autres horizons artistiques, sans dénaturer son discours. Ajoutons que ce type de morceau a éventuellement pu être surprenant pour les fans de la première heure de Koba, qui ne s’attendait pas forcément à ce qu’il explore ces terrains artistiques.

Néanmoins, cela montrait que Koba était un artiste capable de se renouveler de façon continuelle et le contenu de son album VII l’a parfaitement retranscrit. Koba LaD a opté pour un savant mélange de trap, couplé à des singles efficaces, montrant ainsi l’étendue de l’intégralité de son potentiel artistique. Commercialement, ce fut un véritable succès puisque le disque d’or a été obtenu en l’espace de 40 jours, et se dirige désormais vers le platine. En parallèle, ce même Koba LaD a impressionné le public sur scène, et s’attaque désormais à toutes les salles de France afin de s’implanter de façon durable dans le rap français. Du haut de ses 18 ans, l’artiste du 91 est en train de devenir l’une des futures égéries de Def Jam France, qui a démontré une fois de plus sa force de frappe en proposant une stratégie bien ficelée, et laissant penser que 2018 n’était que le commencement.

Décrypter Koba LaD, ou le naturalisme sous sa forme la plus étonnante

1️⃣ Ninho, l’année enthousiasmante du nouveau prince du rap français

Jusqu’où ira-t-il ? C’est le mystère entretenu par Ninho en cette fin d’année 2018. Pourtant l’artiste signé au sein du label Rec. 118 n’a sorti qu’un seul projet, une mixtape surprise, MILS 2.0, qui a prouvé de façon définitive l’étendue de son potentiel artistique. En effet, Ninho est aussi bien capable d’alterner les morceaux incisifs, sombres et percutants tout en jonglant avec des titres à destination du grand public, à l’instar de Un Poco et Boîte Auto. Toutefois, Ni s’est essentiellement fait remarquer par ses featurings en 2018, réussissant à s’adapter à tous les univers artistiques des artistes ayant partagé le micro avec lui, allant des 4Keus Gang à SCH, en passant par Rim’K, Da Uzi, Naza, Hornet la Frappe, et bien d’autres. Au sein de ces collaborations, il y a une constante, le fait que Ninho réussit quasi-systématiquement à s’approprier le morceau, permettant de paraître au-dessus de la mêlée à chaque fois.

En parallèle, Ninho a également su tirer son épingle du jeu cet été, en proposant deux singles très efficaces, aux refrains entêtants avec Air Max et Ma 6T va craquer, respectivement air Rim’K et Kpoint. Cela a également permis de combler le manque de véritables singles d’été. Cette multitude de featurings a également permis de ne faire ressentir aucune absence auprès du public, tant il a été présent.En cette année 2018, Ni n’a pas forcément franchi un cap en termes de notoriété mais il a surtout affirmé sa place de superstar du rap français, grâce aux différentes certifications qu’il a obtenues pour ses albums, un triple platine pour Comme Prévu et un double platine pour MILS 2.0 une mixtape surprise n’ayant bénéficié d’aucune promotion. Ainsi, le nouvel album devrait très bientôt voir le jour, et il devrait définitivement s’imposer telle la star du rap français.

L’été de Ninho se résume en trois collaborations !

➡️ Découvrez le classement complet des 20 meilleurs rappeurs de 2018

  1. Ninho
  2. Koba LaD
  3. SCH
  4. Fianso
  5. Maes
  6. RK
  7. Moha La Squale
  8. Soolking
  9. Jul
  10. Booba
  11. Rohff
  12. Heuss L’enfoiré
  13. Timal
  14. Leto
  15. Rim’K
  16. Médine
  17. Joe Lucazz
  18. Dinos
  19. Laylow
  20. Alpha Wann

Top 20 des meilleurs rappeurs français de 2017

 

2 thoughts on “Top 20 des meilleurs rappeurs français de 2018

  1. Euh.. Et Vald non? Vous êtes un site de quoi enfaite ? Vald avec Xeu il a démontrer tout son talent du hard démoniaque mais non on préfère faire un top avec des mecs pleins d’autotune qui fait mouiller des beurettes pfff.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.