PARTAGER

Le passage à l’ère des réseaux sociaux a révolutionné un nombre croissant de destins, et notamment celui de Cardi B, qui s’est fait connaître du grand public au travers de vidéos humoristiques sur Instagram. Cette pseudo-notoriété lui servira par la suite à intégrer la célèbre télé-réalité Love & Hip-Hop New York où elle a absorbé les projecteurs en tant qu’artiste en herbe tirant le meilleur parti de son temps d’antenne. La jonction de son impact télévisuel et de son impact sur les réseaux sociaux a créé un tremplin pour Cardi sans que personne ne prenne vraiment au sérieux ses projets musicaux. Belcalis Almanzar de son vrai nom est une jeune femme de 25 ans originaire du Bronx qui a fini par se bâtir une renommée dans la musique grâce à sa première mixtape Gangsta Bitch Music vol. 1 et son incroyable succès. Si celui-ci avait déjà mis la puce à l’oreille des maisons de disques, c’est grâce à Bodak Yellow qu’elle se propulse sur la scène internationale et signe son premier contrat chez Atlantic Records. Son premier album, Invasion of Privacy, est prometteur en cela qu’il dresse le catalogue des directions que la rappeuse pourrait emprunter à l’avenir.

➡ Quand l’incarnation du nouveau rêve américain répond à ses détracteurs, le résultat est explosif

Cardi incarne à la perfection le nouveau rêve américain, notamment du fait de son passé de strip-tiseuse et son enfance difficile. Difficile d’ignorer le fait que les strip-clubs sont un centre culturel du rap aux Etats-Unis, aussi la rappeuse a su faire de ce passé une force sur laquelle appuyer sa carrière. Pour beaucoup, Cardi B doit une bonne partie de son succès à la chance plus qu’au talent, pourtant Invasion of Privacy n’est qu’une preuve supplémentaire de celui-ci. Au travers de sa personnalité et de son comportement indéniablement attachant, elle a su se faire accepter et même apprécier du public. Certes, la fièvre de Cardi peut s’avérer épuisante, surtout quand son passé sulfureux semble plus captiver les médias que ses succès éclatants, pourtant la réception commerciale de son premier album est un témoignage de sa puissance magnétique. Invasion of Privacy est une réponse emphatique aux sceptiques, un projet franc à la fois effronté et vulnérable. Les coups portés par l’artiste à ses détracteurs sont à la fois mordants et fascinants, et sont à la fois une invasion de l’espace de l’auditeur et immersion de ce dernier dans l’univers de Cardi.

➡ La révélation d’une personnalité complexe derrière une image publique tape-à-l’oeil et vulgaire

Contrairement aux assertions de ses opposants les plus acharnés, Invasion of Privacy est une démonstration morceau après morceau de l’étoffe artistique de Cardi B. Chaque piste est solidement construite, et son flow dynamique et animé ravive la flamme du rap féminin et le propulse au sommet des charts. À bien des égards, l’outil le plus remarquable de l’arsenal de l’artiste réside dans sa double personnalité ; Cardi joue constamment sur cette nuance en affichant sa confiance sexuelle et le côté lubrique d’une Aphrodite soûlée par la luxure sur certaines pistes mais en laissant de temps en temps un authentique sentiment de vulnérabilité reprendre le dessus. C’est son personnage haut en couleurs qui a fait de Belcalis une star, et la décontraction de son image publique est l’un des temps forts de l’album. La rappeuse pose avec fougue et puissance, on fait la rencontre sur Invasion of Privacy d’une star née qui a pris l’habitude de cacher son éclat pour ne pas nuire aux autres. Chaque nouveau triomphe de Cardi B semble n’être que la prémisse du suivant, et chaque critique portée contre elle apporte une brique à l’édifice magistral de sa confiance en soi.

➡ Un projet perfectible révélateur d’un talent encore mal dégrossis, le succès surprenant d’une nouvelle étoile

Avec plus de 400.000 ventes au compteur, on peut dire que ce premier album de Cardi B a reçu un accueil commercial incroyable au vu de la jeunesse de sa carrière. Le projet dans son ensemble est agréable à l’écoute, mais est desservi par une partie beaucoup trop irrégulière et monotone. Cette monotonie donne parfois l’impression d’écouter plusieurs fois le même couplet avec des beats différents. Malgré ce défaut de réalisation et de diversification, Invasion of Privacy ouvre la carrière de la rappeuse d’une salve prometteuse. Bien sûr, pour beaucoup Cardi restera associée à son image publique, et sa relation conflictuelle avec Nicky Minaj n’arrange pas sa situation… Pour autant, l’avenir  semble prometteur pour celle qui a déclaré porter l’enfant d’Offset du trio d’Atlanta Migos. Passée la pression de ce premier projet, espérons que Cardi B parviendra à réaliser pleinement son potentiel artistique. Porté par des collaborations avec Migos, SZA, 21 Savage, Kehlani et Chance the RapperInvasion of Privacy est l’expression perfectible d’un talent brut qui ne demande qu’à être affiné, et le résultat de l’opération promet d’être au moins aussi extravagant et explosif que l’artiste elle-même.

❤ I Like It feat. J Balvin & Bad Bunny

Le morceau parfait à l’approche du beau temps. Cardi B partage sa culture et embrasse ses racines afro-caribéennes au travers de cette collaboration réussie avec le chanteur colombien de reggaeton J Balvin et le trappeur portoricain Bad Bunny. La nouvelle recrue d’Atlantic Records sample le hit de 1967 de Pete Rodriguez I Like it Like That dans un banger remis au goût du jour. La native du Bronx entame une excursion musicale en Amérique latine et emmène son public avec elle, le pari est réussi.

❤ I Do feat. SZA

Avec I Do, Cardi B s’érige en nouvelle icône du rap féminin, et il risque d’être difficile de lui ôter ce statut. SZA et Cardi B sortent d’une année 2017 exceptionnelle pour chacune, et font leur entrée en 2018 couronnées de succès, aussi leur toute première collaboration a provoqué une frénésie inédite sur Internet. I Do clôt ce premier album de Cardi sur une touche à la fois mélodieuse et entrainante, le tout rehaussé par une prod signée Murda Beatz. Cette collaboration est aussi un geste de la main à ceux qui la voyaient rester dans sa zone de confort après le succès énorme de Bodack Yellow.

For the record, I set records, record sales / I like niggas that been in and outta jail / They said by now that I’ll be finished, hard to tell (I can tell) / My little 15 minutes lasting long as hell, huh ?

❤ Get Up 10

Il est de plus en plus rare de trouver un album ouvert par une intro efficace, mais Cardi B s’en tient à ses engagements et Get Up 10 donne immédiatement un avant-goût de la puissance d’Invasion of Privacy. On ressent derrière ce titre l’inspiration de Dreams & Nightmares de Meek Mill, d’ailleurs on retrouvera sans surprise The Beat Bully à la production des deux morceaux. Le morceau est franc dans les sonorités et les paroles, la rappeuse fera même allusion au club Mount Vernon où elle dansait autrefois, une manière de faire comprendre qu’au-delà des bangers l’album contiendrait une bonne dose d’introspection…

Invasion of Privacy met enfin les mots sur la confiance et la ténacité de Cardi B. Le chemin parcouru par cette dernière force l’admiration, il a été jusqu’aux dernières années sinueux et bourré d’obstacles improbables. Les enjeux qui pesaient sur ce premier album studio étaient nombreux et promettaient d’avoir une influence directe sur la carrière de Cardi, autant dire que l’essai a été concrétisé malgré tous les reproches qui pourraient être formulés

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.